Rencontre de la Lune gibbeuse avec Zeus !

Cette nuit, la Lune va passer très près de la géante gazeuse du Système solaire: Jupiter (selon les Romains, ou Zeus selon les Grecs) ! Une belle occasion de repérer le phare étincelant de la plus grosse planète du Système solaire, ainsi que de pointer des jumelles ou un appareil photo vers le duo céleste !

Rapprochement serré de la Lune avec la planète géante Jupiter, dans la constellation de la Vierge, dans la nuit du 7 au 8 mai 2017. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Ce soir, alors que le Soleil est en train de se coucher au-dessus de l’horizon Ouest, n’hésitez pas à tourner votre tête à l’opposé du ciel, vers l’horizon Est : vous devriez voir, au-dessus de votre ligne d’horizon, une grosse Lune gibbeuse. Attendez encore un peu que le fond du ciel s’obscurcisse, au fur et à mesure que le Soleil plonge sous l’horizon opposé, et guettez un petit point lumineux, sous la Lune. Ça y est, vous l’avez ? Jupiter vous observe désormais de son unique œil, tellement brillant qu’il est actuellement l’astre le plus brillant du ciel après le Soleil (évidemment), la Lune (toujours évident) et Vénus (visible le matin uniquement).

Les deux astres sont alors tellement proches qu’il est possible de les voir dans le même champs de jumelles si vous profitez de l’occasion pour pointer cet instrument sur le duo céleste. L’occasion d’observer avec plus de détails les mers lunaires, ainsi que les plus gros cratères. Et de devinez aisément, autour de la planète Jupiter, ses 4 satellites naturels principaux : Ganymède (plus gros satellite du Système solaire) est à l’Ouest (droite) de la planète. A l’Ouest (gauche) de Jupiter, du plus proche de la planète au plus éloigné, Io et Europe, puis Callisto.

Position des 4 satellites joviens de Jupiter en milieu de nuit du 7 au 8 mai 2017. Crédit : Stellarium.

En observant notre satellite et Jupiter à plusieurs reprises au court de la nuit, vous devriez mettre en évidence le lent déplacement de la Lune sur le fond de ciel : Jupiter est immobile, et la Lune, au Nord-Ouest de la planète en début de nuit, finira au Nord-Est avant d’aller se coucher (vers 5h 30min). Notre satellite se décale en effet lentement vers l’Est, en continu ! Mouvement généralement difficilement perceptible quand il n’y a pas de repères à proximité, mais rapidement mis en évidence par des événements comme celui de cette nuit !

Un joli spectacle à admirer, donc, pour apaiser les esprits devant le grand spectacle de l’Univers !

Et si vous désirez être tenus au courant de l’actualité du ciel en continu par SMS, inscrivez-vous aux alertes astronomiques du Comptoir des Étoiles ! C’est simple, gratuit, efficace, sans publicités (et sans arrière-pensée de récupération de données ou intention commerciale, si ce n’est vous pousser à aller voir le ciel, si possible avec le Comptoir des Étoiles), et ça vous permet de recevoir un rappel pour les événements à venir, et d’être les premiers au courant en cas d’événement inattendu ! Et comme rien ne remplacera l’observation directe du ciel, vous pouvez également dès aujourd’hui réserver une soirée, matinée, ou nuit d’observation, où vous voulez, quand vous voulez !

L’œil du Taureau et le fin croissant lunaire

Si vous observez le ciel ce soir (27/04), vers 21h, après le coucher du Soleil, vous verrez un fin croissant lunaire dominé par une belle étoile rougeâtre. Cette étoile est Aldébaran, l’œil du taureau ! Mais si vous répétez l’opération le lendemain (28/04), à 21h, la Lune sera montée dans le ciel… et Aldébaran aura disparue ! Mais attendez un peu, et elle va revenir !

Rapprochement de la Lune de Mars et des étoiles du Taureau (et occultation d’Aldébaran dans la soirée du 28), les 28 et 29 avril. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Ce soir, après le coucher du Soleil, n’hésitez pas à chercher un horizon Ouest dégagé ! Après la Nouvelle Lune d’hier (26/04), cette dernière va doucement réapparaître dans le ciel du soir, tout d’abord sous forme d’un fin croissant, qui va prendre du volume de jour en jour. Ce soir, donc, un fin croissant lunaire sera observable légèrement au-dessus de l’horizon vers 21h-21h30. Au-dessus, des étoiles en forme de « V » : c’est l’amas d’étoiles des Hyades, qui représente le museau de la constellation du Taureau, dominé par l’éclat rougeoyant de l’un de ses yeux, Aldébaran. Un peu plus vers le Nord, vous devriez voir les Pléiades (un petit amas d’étoiles en forme de toute petite casserole) et à côté, un point rouge : la planète Mars.

Si vous revenez demain, la Lune ce sera déplacé (Mars aussi, mais le mouvement est moins rapide) ! Vous devriez la repérer plus facilement, puisqu’elle sera plus haute, et plus grosse. Par contre, A 21h, Aldébaran sera absente du ciel… Une étoile qui s’éteint ? Impossible… Mais où est-elle, alors ? Attendez un peu, armé, si possible, d’une paire de jumelles, et vous la verrez ré-apparaître ! Pointez vos jumelles vers la Lune, et à 21h 11min, un petit point lumineux va apparaître à côté de la Lune (côté éclairé) : c’est elle, Aldébaran, qui était masquée (occultée) par le disque lunaire ! Une superbe occasion de mettre en évidence le déplacement de la Lune sur le fond de ciel ! Car vous allez voir, au fur et à mesure de la soirée, que la Lune et Aldébaran vont doucement se séparer…

Le retour du Messager des dieux

Vous ne l’avez probablement pas encore vu… Et pourtant, il revient ! Si vous dirigez votre regard vers l’horizon ouest, après le coucher du Soleil, vous verrez l’éclatante Vénus, et, émergeant légèrement de l’horizon, un autre point brillant : c’est Mercure, qui revient dans le ciel du soir, où elle résidera jusqu’au début du mois d’avril.

Alors que l’extrêmement fin croissant de Vénus est en train de plonger en direction du Soleil (attention, le plongeon n’est qu’apparent), un petit point brillant et plus discret (il est 11 fois moins brillant) est en train, lui de s’extirper de l’horizon, pour monter dans le ciel du soir : c’est Mercure ! Qui fait donc son retour dans le ciel du soir, et sera visible jusqu’aux environs du 10 avril.

Graphique explicitant les positions relatives des planètes internes (Mercure et Vénus) par rapport à la Terre et au Soleil, et montrant l’origine des phases que l’on observe.

Comme les deux astres sont en même temps dans le ciel du soir pendant un peu moins d’une semaine, c’est l’occasion de faire un tout petit rappel sur la mécanique céleste, et un peu de comparaisons sur l’apparence de ces deux planètes internes du Système solaire (leurs orbites sont localisées entre nous et le Soleil). Vénus est actuellement sur le point de passer en conjonction inférieure : elle va passer entre nous et le Soleil dans quelques jours. Sa distance à la Terre est donc minimale, et elle nous présente sa face non-éclairée. Conséquences : son disque est très grand en diamètre apparent (puisqu’elle est proche) et elle se présente sous forme d’un croissant très fin ! Mercure, par contre, sort tout juste de sa conjonction supérieure avec le Soleil : il était à l’opposé de nous par rapport au Soleil. Conséquences : elle est petite (car bien plus éloignée, et même plus petite en diamètre réel que Vénus), et surtout, elle se présente sous forme d’un disque quasi-complet, qui va se réduire pour devenir un Dernier Quartier, début avril.

Le fin croissant de Vénus s’affine de jour en jour, alors qu’elle plonge littéralement vers le Soleil. Crédit : Raffaello Lena.

En attendant, n’hésitez pas et profitez des soirées à venir pour observer ces eux planètes plus proches du Soleil que nous dans le ciel du soir. Le rapprochement entre les deux planètes sera maximum dans la soirée de samedi 18 mars. Et même si les deux planètes seront tout de même relativement éloignée, c’est une bonne occasion d’essayer de photographier les deux sur une même image ! Horizon ouest dégagé largement recommandé et ciel transparent de rigueur !

Quand la Lune rencontre Saturne…

Demain matin, 21 février, n’hésitez pas à avancer un peu l’heure de sonnerie de votre réveil ! La Lune aura en effet rendez-vous avec le Seigneur des Anneaux du Système solaire : Saturne !

Position relatives de la Lune et de Saturne, dans les matinées du 19 au 21 février 2017, avant le lever du Soleil. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Position relatives de la Lune et de Saturne, dans les matinées du 19 au 21 février 2017, avant le lever du Soleil. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Le rapprochement était déjà sensible ce matin, mais il sera plus serré en fin de nuit du 20 au 21 février : après avoir rendu visite à Jupiter il y a quelques nuits, c’est à la deuxième planète géante gazeuse du Système solaire que notre satellite naturel va rendre visite. Moins brillante que Jupiter, aisément visible comme un point très brillant au-dessus de l’horizon Sud, Saturne sera placée sous la Lune, légèrement décalée vers l’Ouest (la droite). Et ceux qui disposent d’une paire de jumelles peuvent les diriger vers la planète : sa forme ovoïde (liée à ses superbes anneaux) et un petit point brillant (son satellite Titan) devraient alors être visibles !

Alors n’oubliez pas ! Rendez-vous demain matin, une heure et demie avant le lever du Soleil, avec votre paire d’yeux, et éventuellement un appareil photo et des jumelles !

Rencontre entre Jupiter, la Lune et l’Épi

Cette nuit, et la prochaine, la Lune va rendre visite à la brillante planète Jupiter, située à proximité de l’étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge, Spica.

Position relatives de la Lune, de la planète Jupiter et de l'étoile Spica, dans la Virge, du 14 au 16 février 2017. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Position relatives de la Lune, de la planète Jupiter et de l’étoile Spica, dans la Virge, du 14 au 16 février 2017. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

N’hésitez pas à mettre votre réveil un peu plus tôt demain matin (15 février), et le suivant (16 février) : lors des nuits à venir, la Lune va en effet rendre visite à la géante gazeuse du Système solaire, Jupiter, non loin de l’étoile Spica (l’Épi), dans la constellation de la Vierge. Un joli spectacle facile à observer et photographier après minuit et jusqu’au petit matin, qui vous permettra de repérer la brillante Jupiter, dont l’éclat portant déjà intense, va continuer d’augmenter jusqu’au début du mois d’avril !

Trio planétaire du soir…

… espoir ! Surtout devant les médiocres conditions météorologiques du moment ! N’hésitez donc pas à guetter les éclaircies pour tenter d’observer le trio céleste de la soirée, composé d’un croissant lunaire, de Vénus, et de Mars !

Positions respectives de la Lune, Vénus et Mars dans le ciel du soir, au crépuscule. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Positions respectives de la Lune, Vénus et Mars dans le ciel du soir, au crépuscule. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Après s’être présentée sous forme de fins croissants, la Lune a désormais pris de l’embonpoint, et est montée plus haut dans le ciel, l’amenant à la hauteur de Vénus, et de Mars ! Si cette dernière sera difficile à rater, vu son éclat, Mars est bien plus discrète et son petit point orangé peut devenir un peu difficile à détecter si un voile nuageux est de la partie. Mais si vous avez un ciel parfait, alors le trio ne devrait pas poser de difficultés à observer et à photographier au-dessus de l’horizon Ouest-Sud-Ouest !

La fin du monde arrive ? Soyez-le premier à le savoir !

C’est sous ce titre racoleur et accrocheur que le Comptoir des Étoiles lance une toute première version de ses alertes astronomiques !

alerte

Le principe est simple : vous vous inscrivez via un formulaire, et dès qu’un événement astronomique a lieu, vous recevez un message sur votre téléphone portable qui vous le signale, afin que vous soyez (presque) le premier au courant ! Mais comme nous avons tous des besoins différents, ce superbe service est modulable en fonction des besoins et des envies.

Ainsi, chacun peut définir son niveau d’alerte :

  • élevé (des messages sont envoyés uniquement en cas d’événement astronomique imprévu),
  • moyenne (des messages sont envoyés en cas d’événement astronomique imprévu, ou de grands événement astronomique (éclipse, grosse pluie d’étoiles filantes, etc.)),
  • faible (des messages sont envoyés pour tous les événements astronomiques~, c’est-à-dire à une fréquence à peu près équivalente aux articles du Comptoir).

Mais comme cet outil est génial et personnalisable, chacun peut également choisir les phénomènes pour lesquels il souhaite recevoir des alertes :

  • Soleil (éclipses, transits, activité solaire)
  • planètes (conjonctions, occultations)
  • Lune (éclipses, fins croissants)
  • Météores (pluie d’étoiles filantes, sursauts d’activité, bolides)
  • Comètes (comètes brillantes, sursauts d’activité)
  • Astéroïdes (passages rapprochés, occultations d’étoiles)
  • Étoiles (variables, novæ, supernovæ)
  • Satellites artificiels (rentrées atmosphériques, satellites spécifiques, lancements récents)

Donc si vous êtes intéressé, n’hésitez plus, l’opération prend quelques secondes, vous recevez un message confirmant votre inscription, et votre abonnement est gratuit, à vie, et sans publicité (mais si ça peut vous donner envie de venir observer avec le Comptoir des Étoiles, n’hésitez pas à réserver ;-)).

D’ailleurs, à ce propos, demain matin, un petit astéroïde d’une petite dizaine de mètre de diamètre va passer à une distance inférieure à celle de la Lune. Le petit 2017 BX a en effet été découvert le 20/01/2017 par le programme Pas-STARRS. Et il devrait passer à 0.7 fois la distance de la Lune le 25 janvier 2017, à 04h 55min TU (soit 05h 55min (heure locale française)). Vues sa taille et la géométrie du passage, il ne sera pas facilement observable depuis le Sud-Est de la France, mais d’autres  le seront à l’avenir ! Et ils sont parfois découverts quelques heures avant leur passage (voire après)… Alors ? Vous n’êtes toujours pas inscrit aux alertes ?

Orbite et position des planètes internes du Système solaire, et du petit astéroïde 2017 BX, qui devrait passer à environ 270 000 km de la Terre dans la matinée du 25/01/2017. Crédit : NASA/JPL

Orbite et position des planètes internes du Système solaire, et du petit astéroïde 2017 BX, qui devrait passer à environ 270 000 km de la Terre dans la matinée du 25/01/2017. Crédit : NASA/JPL