Observez 5 passages de l’ISS en une seule nuit !

Vous avez déjà observé un point brillant, voire très brillant, qui traverse une grande partie du ciel sans clignoter ? Alors vous avez peut-être déjà observé la Station Spatiale Internationale en direct ! Fin mai, les conditions devraient être optimales pour pouvoir en profiter au maximum, et saluer 5 fois Thomas Pesquet en une seule nuit (avant qu’il ne revienne, en juin prochain) !

Photographie d’un passage de l’ISS. Crédit : Dan Bush

La Station Spatiale Internationale (ISS, pour International Space Spation), à environ 400 km d’altitude, est le plus grand complexe en orbite autour de la Terre. L’ensemble de la structure, d’une centaine de mètres de long, de plus de 70 m de large , et dotée de grands panneaux solaires, peut ainsi réfléchir la lumière du Soleil vers la Terre si elle est éclairée par le Soleil ! Et si c’est le cas, elle devient alors visible depuis le sol, comme un point brillant qui se déplace sur le fond des étoiles.

En temps normal, on peut généralement observer un, voire deux passages (mais parfois aucun) de l’ISS dans le ciel, en début ou en fin de nuit. Mais il est des occasions où elle peut être vue à de nombreuses reprises, et la fin du mois de mai sera une de ces occasions là ! En effet, pendant 4 nuits, du 23 au 27 mai, l’ISS fera 5 passages visibles consécutifs au-dessus du Sud-Est de la France !

Photographie de la Station Spatiale Internationale (ISS) montrant l’immense complexe monté en orbite. Crédit : NASA

Car du haut de ses 400 km d’altitude, l’ISS vogue autour de la Terre à environ 7,7 km/s (27 600 km/h !), et elle fait donc un tour de notre planète en un peu plus d’une heure et 35 minutes : elle passe donc au-dessus de nos têtes régulièrement ! Mais n’est visible que lorsqu’elle éclairée par le Soleil, sinon, son passage est plus discret, et même complètement invisible. Dans les nuits du 23 au 27 mai, l’ISS sera éclairée par le Soleil à chacun de ses passages au-dessus du Sud-Est de la France : ce sont donc 5 passages (donc 5 coucous à Thomas Pasquet qui seront observables pendant la nuit) !

Si vous souhaitez observer ces 5 passages (ou moins en fonction de la fatigue et des disponibilités), n’hésitez pas à réserver une soirée, une matinée, ou une nuit complète d’observation avec le Comptoir des Étoiles ! Entre chaque passage (qui dure de 3 à 6 minutes environ), nous partirons à la découverte du ciel à l’œil nu, et voyagerons vers les planètes du Système solaire (et des comètes) et observerons l’Univers lointain (galaxies, nébuleuses et amas d’étoiles) avec des instruments d’astronomie ! De belles nuits en perspective !

La fin annoncée des flashes de satellites Iridium

Cela faisait maintenant 20 ans qu’ils égayaient les soirées et les matinées d’observation des astronomes amateurs, mais l’annonce est officielle : une nouvelle génération de satellites va les remplacer, et les flashes lumineux qu’ils engendraient parfois si lumineux qu’ils pouvaient projeter des ombres au sol, vont disparaître !

Image d'un satellite Iridium de première génération. Les antennes à l'origine des flashes lumineux sont les grands panneaux rectangulaires gaufrés... qui vont disparaître de la nouvelle génération de satellites, dont 10 ont été envoyés hier dans l'espace. Crédit : Smithsonian Air and Space Museum

Image d’un satellite Iridium de première génération. Les antennes à l’origine des flashes lumineux sont les grands panneaux rectangulaires gaufrés… qui vont disparaître de la nouvelle génération de satellites, dont 10 ont été envoyés hier dans l’espace. Crédit : Smithsonian Air and Space Museum

Tous les astronomes amateurs les connaissent : les 66 satellites Iridium, dont les premiers ont été lancés en 1997, ont une excellente caractéristique. Ils sont équipés de trois antennes qui réfléchissent très bien la lumière du Soleil. Résultat : ils sont à l’origine de brefs flashes lumineux de quelques secondes, dans le ciel du matin ou du soir, dont l’intensité peut être surprenante. Certains sont 40 fois plus lumineux que Vénus (si vous voulez imaginer ce que cela peut donner, n’hésitez pas à aller jeter un œil à Vénus dans le ciel du soir) ! Les satellites Iridium, utilisés pour les communications, ont ainsi rythmés les soirées et nuit d’observation, car les prévisions de ces flashes de lumières sont très bien prévus, et il suffit de les attendre en regardant dans la bonne direction pour les observer.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin… Et un lanceur SpaceX, pour sa 10ème mission, a mis en orbite hier une batterie de 10 nouveaux satellites pour remplacer les anciens iridium, dont la durée de vie initiale n’était que de 8 ans. Ainsi, après une vingtaine d’années de bons et loyaux services, la guirlande céleste va être remplacée par une nouvelle… qui ne dispose pas des fameuses antennes réfléchissantes ! D’ici un à deux ans, les anciens satellites vont donc disparaître, et les flashes qui les accompagnaient également. N’hésitez donc pas à jeter un coup d’œil à ces derniers phares célestes !

Pour les observateurs provençaux (proches de Manosque), l’un d’eux aura lieu demain matin, le 16 janvier 2017, à 06h 08m 30s (heure locale). A cet heure-là, choisissez un horizon Sud bien dégagé, et attendez. Un petit point brillant devrait apparaître, qui va augmentez doucement en luminosité, avant de devenir très brillant (8 fois plus brillant que Vénus), puis diminuer de nouveau en luminosité, et disparaître. Et si vous vous levez à cette heure-là, n’hésitez pas à en profiter pour observer l’ Station Spatiale Internationale, qui fera un survol de l’horizon Nord-Est/Est entre 06h 02 et 06h05. Elle repassera ensuite entre 7h 35 et 7h 41, haut dans le ciel, en passant de l’horizon Ouest-Nord-Ouest au Sud-Est, en culminant au-dessus de l’horizon Sud-Ouest, vers 7h 39. Impossible à rater, tellement elle sera brillante, et l’occasion de faire un coucou à Thomas Pesquet !