Impacts sur Jupiter !

Vendredi 26 mai 2017, l’astronome amateur Sauveur Pedranghelu filmait Jupiter depuis Afa, en Corse du Sud, quand il a enregistré deux flashes lumineux à deux minutes d’intervalle dans l’atmosphère de Jupiter : deux impacts venaient d’avoir lieu !

Image des impacts (en haut, au milieu) sur Jupiter, le 26 mai 2017, à 19h 24min et 19h 26min TU, photographiés par Sauveur Pedranghelu, et traitée par Marc Delcroix. Crédits image : Sauveur Pedranghelu, marc Delcroix

De tels impacts ont déjà eu lieu, et ont déjà été observé et enregistré sur Jupiter. Le plus impressionnant, et celui qui restera probablement dans les annales de l’astronomie, c’est celui de l’impact de la comète D/1993 F2 (Shoemaker-Levy 9), entre le 16 et le 22 juillet 1994. Ce sont alors 23 fragments de cette comète disloquée qui vont percuter l’atmosphère de la géante gazeuse, et laisser des cicatrices observables pendant des semaines. Depuis, d’autres impacts ont été observés, ou des stigmates d’impacts (souvent des taches sombres au sommet de la masse nuageuse jovienne).

Les fragments de la comète D/1993 F2 (Shomaker-Levy 9) photographié le 17/05/1994, avant impact dans l’atmosphère de Jupiter. Crédits image : NASA/JPL/Caltech, Hubble Space Telescope

Image des cicatrices laissées par l’impact des fragments de la comète D/1993 F2 (Shomaker-Levy 9) dans l’atmosphère de Jupiter, en juillet 1994. Crédits image : NASA, Hubble Space Telescope Comet Team

Vendredi dernier, les deux impacts ont été enregistrés à environ 2 minutes d’intervalle, à 19h 24min et 19h 26min TU. Leur énergie était chacune équivalente à celle libérée par l’entrée atmosphérique de Tcheliabinsk le 15 février 2013 ! Reste maintenant à observer Jupiter et essayer de voir si on peut détecter des effets de ces événements dans l’atmosphère sous forme de taches sombres !

Jupiter est actuellement très brillante et bien visible le soir et une grande partie de la nuit, dans la constellation de la Vierge. Si vous voulez l’observer (ainsi que bien d’autres objets célestes), n’hésitez pas à réserver une soirée, matinée, ou nuit d’observation, où vous voulez, quand vous voulez !

Et si vous désirez être tenus au courant de l’actualité du ciel en continu par SMS, inscrivez-vous aux alertes astronomiques du Comptoir des Étoiles ! C’est simple, gratuit, efficace, sans publicités (et sans arrière-pensée de récupération de données ou intention commerciale, si ce n’est vous pousser à aller voir le ciel, si possible avec le Comptoir des Étoiles), et ça vous permet de recevoir un rappel pour les événements à venir, et d’être les premiers au courant en cas d’événement inattendu comme ce dernier !

Rencontre de la Lune gibbeuse avec Zeus !

Cette nuit, la Lune va passer très près de la géante gazeuse du Système solaire: Jupiter (selon les Romains, ou Zeus selon les Grecs) ! Une belle occasion de repérer le phare étincelant de la plus grosse planète du Système solaire, ainsi que de pointer des jumelles ou un appareil photo vers le duo céleste !

Rapprochement serré de la Lune avec la planète géante Jupiter, dans la constellation de la Vierge, dans la nuit du 7 au 8 mai 2017. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Ce soir, alors que le Soleil est en train de se coucher au-dessus de l’horizon Ouest, n’hésitez pas à tourner votre tête à l’opposé du ciel, vers l’horizon Est : vous devriez voir, au-dessus de votre ligne d’horizon, une grosse Lune gibbeuse. Attendez encore un peu que le fond du ciel s’obscurcisse, au fur et à mesure que le Soleil plonge sous l’horizon opposé, et guettez un petit point lumineux, sous la Lune. Ça y est, vous l’avez ? Jupiter vous observe désormais de son unique œil, tellement brillant qu’il est actuellement l’astre le plus brillant du ciel après le Soleil (évidemment), la Lune (toujours évident) et Vénus (visible le matin uniquement).

Les deux astres sont alors tellement proches qu’il est possible de les voir dans le même champs de jumelles si vous profitez de l’occasion pour pointer cet instrument sur le duo céleste. L’occasion d’observer avec plus de détails les mers lunaires, ainsi que les plus gros cratères. Et de devinez aisément, autour de la planète Jupiter, ses 4 satellites naturels principaux : Ganymède (plus gros satellite du Système solaire) est à l’Ouest (droite) de la planète. A l’Ouest (gauche) de Jupiter, du plus proche de la planète au plus éloigné, Io et Europe, puis Callisto.

Position des 4 satellites joviens de Jupiter en milieu de nuit du 7 au 8 mai 2017. Crédit : Stellarium.

En observant notre satellite et Jupiter à plusieurs reprises au court de la nuit, vous devriez mettre en évidence le lent déplacement de la Lune sur le fond de ciel : Jupiter est immobile, et la Lune, au Nord-Ouest de la planète en début de nuit, finira au Nord-Est avant d’aller se coucher (vers 5h 30min). Notre satellite se décale en effet lentement vers l’Est, en continu ! Mouvement généralement difficilement perceptible quand il n’y a pas de repères à proximité, mais rapidement mis en évidence par des événements comme celui de cette nuit !

Un joli spectacle à admirer, donc, pour apaiser les esprits devant le grand spectacle de l’Univers !

Et si vous désirez être tenus au courant de l’actualité du ciel en continu par SMS, inscrivez-vous aux alertes astronomiques du Comptoir des Étoiles ! C’est simple, gratuit, efficace, sans publicités (et sans arrière-pensée de récupération de données ou intention commerciale, si ce n’est vous pousser à aller voir le ciel, si possible avec le Comptoir des Étoiles), et ça vous permet de recevoir un rappel pour les événements à venir, et d’être les premiers au courant en cas d’événement inattendu ! Et comme rien ne remplacera l’observation directe du ciel, vous pouvez également dès aujourd’hui réserver une soirée, matinée, ou nuit d’observation, où vous voulez, quand vous voulez !

Rencontre entre Jupiter, la Lune et l’Épi

Cette nuit, et la prochaine, la Lune va rendre visite à la brillante planète Jupiter, située à proximité de l’étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge, Spica.

Position relatives de la Lune, de la planète Jupiter et de l'étoile Spica, dans la Virge, du 14 au 16 février 2017. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Position relatives de la Lune, de la planète Jupiter et de l’étoile Spica, dans la Virge, du 14 au 16 février 2017. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

N’hésitez pas à mettre votre réveil un peu plus tôt demain matin (15 février), et le suivant (16 février) : lors des nuits à venir, la Lune va en effet rendre visite à la géante gazeuse du Système solaire, Jupiter, non loin de l’étoile Spica (l’Épi), dans la constellation de la Vierge. Un joli spectacle facile à observer et photographier après minuit et jusqu’au petit matin, qui vous permettra de repérer la brillante Jupiter, dont l’éclat portant déjà intense, va continuer d’augmenter jusqu’au début du mois d’avril !

La Lune, l’Épi et Jupiter

Trois petits joyaux seront alignés en fin de nuit du 18 au 19 janvier. L’occasion de repérer la brillante Jupiter, et de localiser Spica (l’Épi), étoile principale de la constellation de la Vierge.

Positions respectives de la Lune, Jupiter et Spica dans le ciel, en fin de nuit. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Positions respectives de la Lune, Jupiter et Spica dans le ciel, en fin de nuit. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Les lève-tôt d’aujourd’hui les ont peut-être déjà remarquées : le gros croissant lunaire était accompagné, à sa gauche, de deux points brillants… Pour les lève-tôt de demain, les astres seront encore plus généreux, puisqu’ils auront l’occasion d’observer un superbe alignement entre ces trois corps célestes, la Lune s’étant irrésistiblement décalé vers l’Est ! Ainsi, pour ceux qui veulent commencer à repérer les planètes, seront présents, du haut vers le bas : le Dernier Quartier de Lune, la géante gazeuse Jupiter, et l’étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge, Spica !

Pour ceux intéressés par Jupiter, mais peu équipés en instruments d’astronomie, pas de soucis ! Il faut savoir qu’une simple paire de jumelles peut révéler la présence des 4 principaux satellites de la plus grosse planète du Système solaire ! Io, Europe, Ganymède et Callisto sont en effet observables dans de petits instruments, et il est possible d’observer leur ballet autour de Jupiter d’heure en heure !

La Lune sera également d’un grand intérêt cette nuit là. Non seulement parce qu’elle était toujours la source d’émerveillement lorsqu’elle est observée dans un instrument, mais également parce qu’elle devrait passer devant une étoile, répondant au doux nom de 66 Lib (étoile 66 de la Vierge), en fin de nuit. Vue la luminosité de l’étoile, un petit instrument est toutefois nécessaire pour observer le phénomène.

L’occasion, donc, de ressortir une paire de jumelles, d’apprécier le rapprochement céleste à l’œil nu, ou simplement commencer à mettre des noms sur des points lumineux du ciel nocturne !

Le retour de Mercure !

Ce n’est pour l’instant qu’un croissant planétaire qui émerge difficilement dans le ciel de l’aube, mais il est là ! Mercure, le messager des dieux, est de retour dans le ciel du matin, et observable pendant un petit mois !

Rapprochement entre la Lune et Mercure, lors de sa dernière apparition matinale, le 29 septembre 2016. Un phénomène semblable sera observable les 25 et 26 janvier 2017. Crédit : Karl Antier, Le Comptoir des Étoiles.

Rapprochement entre la Lune et Mercure, lors de sa dernière apparition matinale, le 29 septembre 2016. Un phénomène semblable sera observable les 25 et 26 janvier 2017. Crédit : Karl Antier, Le Comptoir des Étoiles.

Ce n’est qu’un point brillant dans le ciel du matin, qui pourrait être une étoile comme une autre, mais un instrument pointé dessus révèle immédiatement sa véritable nature : ce petit point se présente sous forme d’un croissant ! Une Lune miniature qui révèle la nature de l’objet : Mercure, petite planète rocheuse la plus proche du Soleil, ce qui rend son observation bien plus contraignante que l’éclatante Vénus (actuellement visible en soirée), car elle s’éloigne beaucoup moins de l’astre du jour !

Actuellement, elle émerge tout juste des lueurs de l’aube, mais se présente sous la forme d’un croissant mercurien, qui va gonfler pour devenir l’équivalent d’un « Dernier Quartier » (lunaire) aux environs du 14, avant de continuer à gonfler sous forme gibbeuse en deuxième moitié de mois, et disparaître du ciel début février. La petite planète sera mieux placées pour l’observation en milieu de mois, donc n’hésitez pas à nous réserver une matinée d’observation si vous voulez tenter d’apercevoir la petite planète en fin de nuit ! Observation qui pourra être combinée avec celle de Jupiter, Saturne (qui est également présente depuis peu), la Lune et d’autres curiosités célestes en fonction de l’état du ciel et de l’activité astronomique du moment (la comète C/2016 U1 (NEOWISE) est par exemple encore observable pendant quelques matinées avant de disparaître).

A noter également, la nuit prochaine (09-10/01/2017), la présence, à proximité de la Lune, de la brillante étoile Aldébaran, qui représente l’œil de la constellation du Taureau. Dans certaines régions du monde, la Lune va même passer devant l’étoile ! Phénomène qui se reproduira, et sera observable depuis la France, le 5 février prochain.

Planètes du soir

Ce soir encore, un bien joli spectacle devrait régaler ceux qui lèveront les yeux vers le ciel, quelques dizaines de minutes après le coucher du Soleil : Vénus, Mars et la Lune seront alignés dans cet ordre, en partant de l’horizon : sortez les appareils photos !

Positions respectives de Vénus, Mars et la Lune dans le ciel, en début de soirée. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Positions respectives de Vénus, Mars et la Lune dans le ciel, en début de soirée. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

En effet, la Lune continue son ascension céleste soir après soir et s’élève dans le ciel, et elle surplombe maintenant l’éclatante Vénus, et la plus discrète planète Mars. Les mieux équipés (carte de repérage et au moins une bonne paire de jumelles) peuvent également tenter de repérer le petit point bleu de Neptune, qui est maintenant passé quelques degrés en-dessous de Mars.

Enfin, pour ceux qui préfèrent, ou doivent se lever tôt, Saturne et Jupiter sont observables avant le lever du Soleil. Et la fin de nuit devrait également être ponctuée par l’apparition des dernières étoiles filantes de la pluie météorique des Quadrantides, dont le maximum est prévu théoriquement en début d’après-midi !

Conjonction Lune – Jupiter les 22 et 23/12

Avis aux lève-tôt ! En fin de nuit prochaine (du 21 au 22/12), ainsi que la nuit suivante (du 22 au 23/12), la Lune va rendre visite à la planète géante du Système solaire : Jupiter ! Elle sera au Nord-Ouest de la planète gazeuse le 22/12 au matin, et plus décalée vers le Nord-Est le 23/12.

conj_lune_jup_2223122016

Conjonction entre la Lune et Jupiter, les 22 et 23 décembre 2016, en fin de nuit. A noter la position de l’étoile la plus brillante de la Vierge, Spica, sous le duo céleste. Guillaume/Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

L’occasion de repérer le point très brillant de Jupiter ! Et pour les personnes équipées de jumelles (en attendant l’ouverture officielle du Comptoir des Étoiles), d’observer les 4 satellites joviens qui orbitent la planète (de l’Est à l’Ouest : Ganymède-Europe-Io-Callisto le 22/12 au matin, et Ganymède-Io-Europe-Callisto le 23/12). Ils sont tellement brillants qu’ils pourraient être visibles à l’œil nu s’ils n’étaient pas si proches de Jupiter !

Et en dessous de la scène réunissant les deux astres, vous pourrez également repérer le point brillant de l’étoile Spica (l’Épi), étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge.