L’œil du Taureau et le fin croissant lunaire

Si vous observez le ciel ce soir (27/04), vers 21h, après le coucher du Soleil, vous verrez un fin croissant lunaire dominé par une belle étoile rougeâtre. Cette étoile est Aldébaran, l’œil du taureau ! Mais si vous répétez l’opération le lendemain (28/04), à 21h, la Lune sera montée dans le ciel… et Aldébaran aura disparue ! Mais attendez un peu, et elle va revenir !

Rapprochement de la Lune de Mars et des étoiles du Taureau (et occultation d’Aldébaran dans la soirée du 28), les 28 et 29 avril. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Ce soir, après le coucher du Soleil, n’hésitez pas à chercher un horizon Ouest dégagé ! Après la Nouvelle Lune d’hier (26/04), cette dernière va doucement réapparaître dans le ciel du soir, tout d’abord sous forme d’un fin croissant, qui va prendre du volume de jour en jour. Ce soir, donc, un fin croissant lunaire sera observable légèrement au-dessus de l’horizon vers 21h-21h30. Au-dessus, des étoiles en forme de « V » : c’est l’amas d’étoiles des Hyades, qui représente le museau de la constellation du Taureau, dominé par l’éclat rougeoyant de l’un de ses yeux, Aldébaran. Un peu plus vers le Nord, vous devriez voir les Pléiades (un petit amas d’étoiles en forme de toute petite casserole) et à côté, un point rouge : la planète Mars.

Si vous revenez demain, la Lune ce sera déplacé (Mars aussi, mais le mouvement est moins rapide) ! Vous devriez la repérer plus facilement, puisqu’elle sera plus haute, et plus grosse. Par contre, A 21h, Aldébaran sera absente du ciel… Une étoile qui s’éteint ? Impossible… Mais où est-elle, alors ? Attendez un peu, armé, si possible, d’une paire de jumelles, et vous la verrez ré-apparaître ! Pointez vos jumelles vers la Lune, et à 21h 11min, un petit point lumineux va apparaître à côté de la Lune (côté éclairé) : c’est elle, Aldébaran, qui était masquée (occultée) par le disque lunaire ! Une superbe occasion de mettre en évidence le déplacement de la Lune sur le fond de ciel ! Car vous allez voir, au fur et à mesure de la soirée, que la Lune et Aldébaran vont doucement se séparer…

Une comète accessible aux jumelles !

Ça y est, elle devient accessible ! La comète 41P/Tuttle-Giacobini-Kresák est désormais accessible aux jumelles et… elle ne se couche plus, et est donc accessible aux astronomes toute la nuit. En attendant son passage rapproché, à la fin du mois !

La comète 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak photographiée par Chris Schur le 16 mars 2017, alors qu’elle passait à proximité de la galaxie NGC 3198. Crédit: Spaceweather, Chris Schur

Les dernières observations sont unanimes : la comète 41P/Tuttle-Giacobini-Kresák brille désormais d’une magnitude d’environ +8, et elle est localisée entre les pattes avant et les pattes arrière de la constellation de la Grande Ourse ! Conséquences : elle devient désormais accessible aux jumelles, et elle est circumpolaire, c’est-à-dire qu’elle ne se lève ni ne se couche de la nuit (et du jour) ! Un avantage non-négligeable, qui permet de l’observer lorsque la Lune est absente du ciel, et au moment le plus opportun de la nuit !

Les images récentes de la belle chevelue montrent qu’elle commence à se teinter de vert, ce qui est signe qu’elle est de plus en plus proche… Et cela ne va pas s’arrêter là, puisqu’elle est en train de se rapprocher de notre planète, dont elle va s’approcher à une distance d’environ 21 millions de kilomètres les 31/03-01/04/2017. Une grande distance, mais un saut de puce à l’échelle du Système solaire ! Les prévisions les plus optimistes laissent à penser qu’elle pourrait alors être à la limite de la visibilité à l’œil nu. Nous verrons ! En attendant, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à la petite comète qui va traverser la Grande Ourse, puis le Dragon, au cours des semaines à venir ! Et ne manquez surtout pas la rencontre de la comète avec une galaxie (M109, la galaxie de la planche de surf) et une nébuleuse planétaire (M97, la nébuleuse du Hibou) dans la nuit du 21 au 22 mars !

Trio planétaire du soir…

… espoir ! Surtout devant les médiocres conditions météorologiques du moment ! N’hésitez donc pas à guetter les éclaircies pour tenter d’observer le trio céleste de la soirée, composé d’un croissant lunaire, de Vénus, et de Mars !

Positions respectives de la Lune, Vénus et Mars dans le ciel du soir, au crépuscule. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Positions respectives de la Lune, Vénus et Mars dans le ciel du soir, au crépuscule. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Après s’être présentée sous forme de fins croissants, la Lune a désormais pris de l’embonpoint, et est montée plus haut dans le ciel, l’amenant à la hauteur de Vénus, et de Mars ! Si cette dernière sera difficile à rater, vu son éclat, Mars est bien plus discrète et son petit point orangé peut devenir un peu difficile à détecter si un voile nuageux est de la partie. Mais si vous avez un ciel parfait, alors le trio ne devrait pas poser de difficultés à observer et à photographier au-dessus de l’horizon Ouest-Sud-Ouest !

Vénus et Neptune au coude-à-coude

L’une monte dans le ciel, quand l’autre descend… L’une est l’objet le plus lumineux du ciel (après la Lune et le Soleil), l’autre demande de bonnes jumelles ou une instrument astronomique pour la déceler. L’une est rocheuse, l’autre gazeuse. Vénus et Neptune, que tout semble séparer, seront ce soir au coude-à-coude dans le ciel !

Vénus et Mars dans le ciel du soir, le 6 janvier 2017. Crédit : Karl Antier, Le Comptoir des Étoiles

Vénus et Mars dans le ciel du soir, le 6 janvier 2017. Ce soir, la position des deux planètes sera presque identique, et Neptune sera blottie contre le phare vénusien. Crédit : Karl Antier, Le Comptoir des Étoiles

C’est à une nouvelle visite que doit se préparer Neptune ce soir ! Après le rapprochement serré avec Mars en début de mois, c’est maintenant une autre planète, Vénus, qui va se rapprocher de la géante gazeuse bleue ce soir (12 janvier 2017) ! Alors que la Lune, Pleine quelques heures plus tôt, se lèvera au-dessus de l’horizon Est, c’est à l’opposé que vous devrez tourner vos regards pour retrouver les trois (et même quatre, avec Uranus, un peu plus éloignée) planètes du soir. Il va vous être difficile de ne pas trouver Vénus, phare étincelant de la soirée ! Un peu plus haut, et plus à l’Est, Mars est également visible, comme un petit point rougeâtre. Enfin, pour repérer Neptune, il faut s’armer d’une paire de jumelles, ou d’un instrument d’astronomie, et le pointer vers Vénus. La petite bille bleue de la géante gazeuse devrait alors se trouver dans le champs ! Reste à la trouver…

La proximité entre les deux planètes ne sera cependant qu’apparente ! Si dans le ciel, elle semblent n’être qu’à à peine plus d’un diamètre apparent lunaire de distance, en réalité, elles sont séparées de… 4 473 000 000 de kilomètres (près de 4.5 milliards de kilomètres) ! Ce qui explique aisément que Vénus soit 90 000 fois plus brillante, alors que son diamètre est 4 fois moindre que la géante gazeuse (12 100 km pour Vénus, contre 49 500 km pour Neptune). Une belle occasion, donc, de mettre tous ces paramètres en perspective !

L’observation du rapprochement planétaire de ce soir peut également être l’occasion de jeter un dernier coup d’œil (ou du moins de jumelles) à la comète 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova, puisque cette dernière va désormais s’enfoncer dans l’horizon, pour ne réapparaître que début février, dans le ciel du matin !

 

Planètes du soir

Ce soir encore, un bien joli spectacle devrait régaler ceux qui lèveront les yeux vers le ciel, quelques dizaines de minutes après le coucher du Soleil : Vénus, Mars et la Lune seront alignés dans cet ordre, en partant de l’horizon : sortez les appareils photos !

Positions respectives de Vénus, Mars et la Lune dans le ciel, en début de soirée. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Positions respectives de Vénus, Mars et la Lune dans le ciel, en début de soirée. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

En effet, la Lune continue son ascension céleste soir après soir et s’élève dans le ciel, et elle surplombe maintenant l’éclatante Vénus, et la plus discrète planète Mars. Les mieux équipés (carte de repérage et au moins une bonne paire de jumelles) peuvent également tenter de repérer le petit point bleu de Neptune, qui est maintenant passé quelques degrés en-dessous de Mars.

Enfin, pour ceux qui préfèrent, ou doivent se lever tôt, Saturne et Jupiter sont observables avant le lever du Soleil. Et la fin de nuit devrait également être ponctuée par l’apparition des dernières étoiles filantes de la pluie météorique des Quadrantides, dont le maximum est prévu théoriquement en début d’après-midi !

Rapprochement serré entre Mars et Neptune

Les représentations planétaires des dieux de la Guerre et de la Mer sont actuellement en train de faire un passage rapproché l’une de l’autre ! L’occasion rêvée d’observer et photographié le duo de planètes dans le ciel du soir !

Le rapprochement serré entre Mars et Neptune photographié le 31 décembre 2016 par Sven Melchert, depuis l'Allemagne. Ce soir, les deux planètes seront encore plus proches l'une de l'autre ! Crédit : Sven Melchert

Le rapprochement serré entre Mars et Neptune photographié le 31 décembre 2016 par Sven Melchert, depuis l’Allemagne. Ce soir, les deux planètes seront encore plus proches l’une de l’autre ! Crédit : Sven Melchert

Tout semblait pourtant les éloigner, tant ces planètes sont différentes ! Mars, petite planète rocheuse de teinte rouge, localisée à proximité de la Terre, et Neptune, lointaine géante gazeuse de couleur bleue, n’ont absolument rien à voir entre elles ! Mais au gré de leur voyage dans le Système solaire, elles nous apparaitront ce soir (et dans les soirées à venir) très proches l’une de l’autre. Elles seront alors séparées d’une distance apparente inférieure au diamètre de la Pleine Lune !

Comparaison entre les planètes Mars et Neptune, ainsi que de leurs paramètres diamètre (équatorial) et distance à la Terre (au 1er janvier 2017). Adapté de :  Sky and Telescope.

Comparaison entre les planètes Mars et Neptune, ainsi que de leurs paramètres diamètre (équatorial) et distance à la Terre (au 1er janvier 2017). Adapté de : Sky and Telescope.

Tout ceci n’est qu’un effet de perspective, car si elles semblent si proches dans le ciel, elles sont séparées de plus de 4.5 milliards de kilomètres dans la réalité ! Mais c’est ce qui est intéressant : la planète la plus petite, et la plus proche, Mars (facilement visible à l’œil nu) semblant plus de 550 fois plus lumineuse que la lointaine Neptune (accessible uniquement dans de bonnes jumelles). Le tout au-dessus du duo Lune-Vénus qui règne au-dessus de l’horizon Sud-Ouest…

Fin sourire lunaire du soir

Inobservable hier, car étant Nouvelle, la Lune va désormais réapparaître dans le ciel. Et ce, dès ce soir, le 30 décembre 2016, sous forme d’un fin croissant âgé de 34 heures, qui devrait être observable au-dessus de l’horizon Sud-Ouest. 30 à 45 minutes après le coucher du Soleil, il devrait être relativement facile à repérer quelques degrés au-dessus de la ligne d’horizon : à condition, donc, que ce dernier soit bien dégagé, et que le ciel ne soit pas trop brumeux ou nuageux !

Le fin croissant de Lune photographié depuis le Japon le 28 décembre 2016 par Shiraishi, juste avant qu'elle ne disparaisse pour devenir Nouvelle... Crédit: Shiraishi

Le fin croissant de Lune photographié depuis le Japon le 28 décembre 2016 par Shiraishi, juste avant qu’elle ne disparaisse pour devenir Nouvelle… Crédit: Shiraishi

Que l’observation du croissant lunaire soit un succès ou pas, la soirée peut de toutes façons être dédiée à l’observation planétaire ! Car outre la Lune, vous devriez repérer sans peine l’éclatante Vénus, plus haute dans le ciel, qui irradie de sa lumière tel un phare ! Et un peu plus au Nord-Est, vous devriez repérer un petit point rouge, moins lumineux : c’est Mars. Et pour les astronomes en herbe équipés de jumelles et d’une bonne carte, une autre planète est observable à proximité de Mars : Neptune, dont la planète rouge devrait continuer de s’approcher, jusqu’à un rapprochement très serré le 1er janvier 2017 ! Enfin, encore plus à l’Ouest, dans la constellation des Poissons, Uranus est également observable aux jumelles (voire à l’œil nu dans des cieux bien noirs et protégés de toute pollution lumineuse).

Image composite des planètes Vénus, Mars et Neptune photographiées le 29 décembre 2016. Crédit: Karl Antier, Le Comptoir des Étoiles.

Image composite montrant les positions relatives des planètes Vénus, Mars et Neptune photographiées le 29 décembre 2016. Crédit: Karl Antier, Le Comptoir des Étoiles.

Enfin, pour ceux qui souhaitent observer des objets plus éphémères, la comète 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova est également observable, quelques degrés sous Vénus, après le coucher du Soleil, pendant quelques dizaines de minutes avant qu’elle ne se couche. Le fond du ciel est encore lumineux, mais elle développe actuellement une jolie queue très fine, alors que son passage au plus près du Soleil est programmé pour demain !

La comète 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova photographiée par le Dr Paolo Candy, le 29 décembre 2016. Crédit: Paolo Candy.

La comète 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova photographiée par le Dr Paolo Candy, le 29 décembre 2016. Crédit: Paolo Candy.