Le Printemps des Comètes

45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova, 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak, C/2017 E4 (Lovejoy), C/2015 V2 (Johnson)… Ces petits matricules et noms ne vous disent rien ? Alors c’est que vous avez dû manquer le début du festival des comètes du printemps ! Mais pas d’inquiétudes, rien n’est perdu, car une dernière comète traîne sa queue dans le ciel : C/2015 ER61 (Pan-STARRS) ! A vos jumelles !

La comète C/2015 ER61 (PanSTARRS), photographiée le 6 mai 2017 par Damian Peach. Crédit image : Damian Peach

Aujourd’hui, 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova est devenue une petite tâche floue insignifiante et difficile à observer, même dans des instruments de taille conséquente. 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak est quant à elle toujours observable dans la constellation de la Lyre, mais elle est très large et peu condensée : grand diamètre et grand champ indispensables pour espérer l’observer sereinement ! C/2017 E4 (Lovejoy) a également largement perdu en luminosité…

La comète 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak, photographiée le 5 mai 2017 par Yasushi Aoshima. Crédit image : Yasushi Aoshima, Spaceweather

Ne restent donc que : C/2015 V2 (Johnson), qui se promène actuellement dans le Bouvier, et est visible quasiment toute la nuit comme une tache floue qui continue de grimper doucement en magnitude (elle est actuellement entre magnitude +8 et +9), et surtout, la plus brillante du moment, C/2015 ER61 (Pan-STARRS) !

C/2015 V2 (Johnson), par sa position, est plus facile à observer. Elle est visible toute la nuit et relativement haute dans le ciel. issue du nuage de Oort, elle ne repasse dans le voisinage de notre planète que tous les 7 millions d’années environ… Donc profitez-en ce mois-ci, car il est peu probable que vous la revoyiez ! Une bonne paire de jumelles permet déjà de la repérer, au Nord-Est de la Tête du Bouvier, comme une boule floue cotonneuse.

La comète C/2015 V2 (Johnson), photographiée le 1er mai 2017 par Raffaele Esposito. Crédit image : Raffaele Esposito, Spaceweather

C/2015 ER61 (PanSTARRS), pourtant plus brillante d’une magnitude (elle n’est pas loin d’être à son maximum de luminosité, entre +7 et +7.5), nécessite un peu plus de recherches et d’efforts que sa camarade chevelue. Tout d’abord, parce qu’elle est localisée dans la constellation du Bélier. Et par conséquent, n’est visible que le matin. Ensuite parce qu’elle monte bien moins haut dans le ciel, puisqu’elle n’est qu’à une trentaine de degrés de hauteur, au mieux de sa visibilité, vers 3h TU. A noter que lors de sa découverte, les astronomes ont cru que cet objet était un astéroïde (d’où son matricule ER61, qui correspond à ceux donnés aux astéroïdes), avant que sa nature cométaire ne soit révélée. Et également que C/2015 ER61 (PanSTARRS) est une comète à longue période, mais plus courte quand même que C/2015 V2 (Johnson) : elle reviendra normalement dans à peu près 19 000 ans ! Mais c’est tout de même probablement la dernière occasion de l’observer cette année pour les Terriens !

Deux belles petites comètes accessibles, donc, à observer dès que la Lune nous laisse le ciel noir ! N’hésitez pas à réserver une soirée, matinée, ou nuit d’observation, où vous voulez, quand vous voulez, pour observer les deux visiteuses avant qu’elles ne repartent vers les confins du Système solaire !

Et si vous désirez être tenus au courant de l’actualité du ciel en continu par SMS, inscrivez-vous aux alertes astronomiques du Comptoir des Étoiles ! C’est simple, gratuit, efficace, sans publicités (et sans arrière-pensée de récupération de données ou intention commerciale, si ce n’est vous pousser à aller voir le ciel, si possible avec le Comptoir des Étoiles), et ça vous permet de recevoir un rappel pour les événements à venir, et d’être les premiers au courant en cas d’événement inattendu !

Comète du soir… et comète du matin !

Avis aux lève-tôt et aux couche-tard ! Quel que soit votre rythme de repos privilégié, chacun aura la possibilité d’observer une comète facilement lors des nuits à venir ! Même si ces dernières ne sont pas visibles à l’œil nu, une simple paire de jumelles suffit déjà pour déceler leur présence ! Car les deux petites boules floues, associées à des objets qui sont en train de libérer gaz et poussières au fur et à mesure qu’ils se rapprochent du Soleil, ont gagné en luminosité ces derniers jours, les rendant accessibles dans les plus petits instruments astronomiques !

C’est la comète répondant au doux nom de 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova qui est visible en tout début de soirée, juste après le coucher du Soleil. Cette comète va passer au périhélie (son point le plus proche du Soleil) dans moins d’une semaine, le 31 décembre. Donc elle se rapproche actuellement de l’astre du jour, mais est encore observable pendant quelques soirées, avant de disparaître, noyée dans l’éclat de notre étoile, pour redevenir observables… début février !

La comète 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova, photographiée le 23 décembre 2016 par Efrain Morales Rivera. Crédit : Efrain Morales Rivera

La comète 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova, photographiée le 23 décembre 2016 par Efrain Morales Rivera. Crédit : Efrain Morales Rivera

Il est donc grand temps de se jeter sur sa paire de jumelles (ou de contacter le Comptoir des Étoiles ;-)) pour la repérer et l’observer ! Nous devrions cependant reparler de cette petite comète (son noyau est estimé à environ 1 km de diamètre) dans les semaines à venir, puisqu’elle va faire un passage rapproché de la Terre le 11 février 2017 : elle passera alors à 0.0832 Unités Astronomiques (UA) de notre planète, soit 12.5 millions de km. C’est un peu plus éloigné que sa visite dernière (0.0600 UA, le 15/08/2011), mais cela devrait tout-de-même l’amener à une luminosité qui pourrait la rendre presque visible à l’œil nu dans les cieux les plus sombres ! Et son déplacement devrait même être perceptible en quelques dizaines de minutes !

La seconde répond à l’appellation non-moins poétique de C/2016 U1 (NEOWISE). Et comme pour la comète 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova, sa luminosité a bien augmenté lors de la semaine passée, pour devenir observable dans des jumelles… mais le matin, cette fois-ci !

La comète C/2016 U1 (NEOWISE) photographiée le 23 décembre 2016 par Michael Jäger. Crédit: Michael Jäger.

La comète C/2016 U1 (NEOWISE) photographiée le 23 décembre 2016 par Michael Jäger. Crédit: Michael Jäger.

Découverte il y a seulement deux mois, sa luminosité devrait continuer d’augmenter au fur et à mesure qu’elle se rapproche du Soleil, dont elle sera au plus près le 14 janvier 2017. En attendant, elle sera observable jusqu’au tout début de l’année prochaine !