Saturne au plus proche pour 2017 !

Aujourd’hui, jeudi 15 juin 2017, Saturne, la planète aux Anneaux, passe à l’opposition ! Késako ? L’explication en est très simple. La conséquence, c’est qu’elle est placée au mieux pour l’observation pour cette année !

La planète Saturne, photographiée par la sonde Cassini (qui doit plonger dans son atmosphère en septembre prochain). Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

Moins brillante que Jupiter, qui domine le ciel par son éclat au-dessus de l’horizon Sud, mais tout de même bien présente, Saturne est déjà levée en début de nuit, au-dessus de la constellation du Scorpion (facilement reconnaissable, au-dessus de l’horizon Sud-Ouest). Depuis Ophiuchus (la seule constellation du zodiaque qui n’est pas un signe du zodiaque, entre le Scorpion et le Sagittaire), elle domine la Voie lactée et brille comme un petit point jaunâtre, qui ne scintille pas (contrairement aux étoiles).

Or, aujourd’hui (15/06/2017), Saturne passe à l’opposition. C’est-à-dire que, depuis la Terre, la planète aux anneaux est localisé à l’opposé du Soleil dans le ciel. Et un simple dessin suffira à vous en convaincre rapidement : une planète qui passe à l’opposition… est une planète qui est au plus près de la Terre ! Et même si malheureusement, Saturne ne monte pas très haut dans le ciel, son diamètre apparent sera le plus grand pour toute l’année 2017.

Nombreux sont ceux pour qui la première vision de Saturne et son fin cortège d’anneaux reste gravée dans la mémoire. Et pour cause ! Cette structure, qui fait à peine quelques dizaines de mètres d’épaisseur (la planète fait quant à elle 120 000 km de diamètre, et les anneaux, plus de 400 000 km) est très facilement visible depuis la Terre, même dans les plus petits des instruments amateurs ! Une bonne paire de jumelles grossissant un peu peut déjà révéler la forme ovoïde de l’astre (sans qu’on puisse distinguer les anneaux), et son satellite principal, Titan. Avec un petit instrument, le doute n’est plus permis, et les anneaux s’affichent déjà dans toute leur splendeur, avec la division sombre de Cassini, et plusieurs satellites deviennent observables !

La planète sera observable dans de bonnes conditions tout l’été : si vous voulez l’observer (ainsi que bien d’autres objets célestes), n’hésitez pas à réserver une soirée, matinée, ou nuit d’observation, où vous voulez, quand vous voulez ! Et si vous désirez être tenus au courant de l’actualité du ciel en continu par SMS, inscrivez-vous aux alertes astronomiques du Comptoir des Étoiles ! C’est simple, gratuit, efficace, sans publicités (et sans arrière-pensée de récupération de données ou intention commerciale, si ce n’est vous pousser à aller voir le ciel, si possible avec le Comptoir des Étoiles), et ça vous permet de recevoir un rappel pour les événements à venir (prévus ou imprévus) !

Quand la Lune rencontre Saturne…

Demain matin, 21 février, n’hésitez pas à avancer un peu l’heure de sonnerie de votre réveil ! La Lune aura en effet rendez-vous avec le Seigneur des Anneaux du Système solaire : Saturne !

Position relatives de la Lune et de Saturne, dans les matinées du 19 au 21 février 2017, avant le lever du Soleil. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Position relatives de la Lune et de Saturne, dans les matinées du 19 au 21 février 2017, avant le lever du Soleil. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Le rapprochement était déjà sensible ce matin, mais il sera plus serré en fin de nuit du 20 au 21 février : après avoir rendu visite à Jupiter il y a quelques nuits, c’est à la deuxième planète géante gazeuse du Système solaire que notre satellite naturel va rendre visite. Moins brillante que Jupiter, aisément visible comme un point très brillant au-dessus de l’horizon Sud, Saturne sera placée sous la Lune, légèrement décalée vers l’Ouest (la droite). Et ceux qui disposent d’une paire de jumelles peuvent les diriger vers la planète : sa forme ovoïde (liée à ses superbes anneaux) et un petit point brillant (son satellite Titan) devraient alors être visibles !

Alors n’oubliez pas ! Rendez-vous demain matin, une heure et demie avant le lever du Soleil, avec votre paire d’yeux, et éventuellement un appareil photo et des jumelles !

Rencontres du matin, avec Saturne et Mercure

Pas très envie d’aller au travail, ce matin ? Pourtant, en levant les yeux vers le ciel (si votre ciel était dégagé), vous avez pu voir un joli croissant de Lune, perché au-dessus d’un petit point orange : l’étoile Antares. Et des rencontres comme celles-là vont se multiplier au cours de la semaine. Alors, si ça peut aider à se lever…

Car demain matin (24 janvier 2017), le croissant lunaire, qui aura diminué en volume, va passer à proximité de la belle planète aux anneaux, qui est revenue depuis un peu moins d’un mois dans le ciel de l’aube : Saturne ! Le spectacle à l’œil nu vaut déjà largement le coup d’œil. Mais ceux qui ont le temps peuvent également tenter de photographier le duo céleste, ou observer Saturne aux jumelles : ils devraient, en fonction des conditions et des jumelles, pourvoir voir le satellite principale de Saturne, Titan, et la forme allongée de la planète due à la présence des plus beaux anneaux du Système solaire !

Positions respectives de la Lune, Saturne et Antares dans le ciel, avant l'aube. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Positions respectives de la Lune, Saturne et Antares dans le ciel, avant l’aube. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Et la matinée suivante, le même croissant lunaire sera à mi-distance entre Saturne et Mercure (revenue dans le ciel depuis peu également) ! Une bonne occasion de tenter de repérer le petit point brillant de la petite planète rocheuse la plus proche du Soleil ! Attention ! Ciel et horizons dégagés indispensables !

Positions respectives de la Lune, Saturne et Mercure dans le ciel, à l'aube. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Positions respectives de la Lune, Saturne et Mercure dans le ciel, à l’aube. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Les matinées suivantes permettront quant à eux d’observer de fins, voire très fins croissants lunaires… mais nous en reparlerons. D’ici-là, bons réveils !

 

Le retour de Mercure !

Ce n’est pour l’instant qu’un croissant planétaire qui émerge difficilement dans le ciel de l’aube, mais il est là ! Mercure, le messager des dieux, est de retour dans le ciel du matin, et observable pendant un petit mois !

Rapprochement entre la Lune et Mercure, lors de sa dernière apparition matinale, le 29 septembre 2016. Un phénomène semblable sera observable les 25 et 26 janvier 2017. Crédit : Karl Antier, Le Comptoir des Étoiles.

Rapprochement entre la Lune et Mercure, lors de sa dernière apparition matinale, le 29 septembre 2016. Un phénomène semblable sera observable les 25 et 26 janvier 2017. Crédit : Karl Antier, Le Comptoir des Étoiles.

Ce n’est qu’un point brillant dans le ciel du matin, qui pourrait être une étoile comme une autre, mais un instrument pointé dessus révèle immédiatement sa véritable nature : ce petit point se présente sous forme d’un croissant ! Une Lune miniature qui révèle la nature de l’objet : Mercure, petite planète rocheuse la plus proche du Soleil, ce qui rend son observation bien plus contraignante que l’éclatante Vénus (actuellement visible en soirée), car elle s’éloigne beaucoup moins de l’astre du jour !

Actuellement, elle émerge tout juste des lueurs de l’aube, mais se présente sous la forme d’un croissant mercurien, qui va gonfler pour devenir l’équivalent d’un « Dernier Quartier » (lunaire) aux environs du 14, avant de continuer à gonfler sous forme gibbeuse en deuxième moitié de mois, et disparaître du ciel début février. La petite planète sera mieux placées pour l’observation en milieu de mois, donc n’hésitez pas à nous réserver une matinée d’observation si vous voulez tenter d’apercevoir la petite planète en fin de nuit ! Observation qui pourra être combinée avec celle de Jupiter, Saturne (qui est également présente depuis peu), la Lune et d’autres curiosités célestes en fonction de l’état du ciel et de l’activité astronomique du moment (la comète C/2016 U1 (NEOWISE) est par exemple encore observable pendant quelques matinées avant de disparaître).

A noter également, la nuit prochaine (09-10/01/2017), la présence, à proximité de la Lune, de la brillante étoile Aldébaran, qui représente l’œil de la constellation du Taureau. Dans certaines régions du monde, la Lune va même passer devant l’étoile ! Phénomène qui se reproduira, et sera observable depuis la France, le 5 février prochain.

Planètes du soir

Ce soir encore, un bien joli spectacle devrait régaler ceux qui lèveront les yeux vers le ciel, quelques dizaines de minutes après le coucher du Soleil : Vénus, Mars et la Lune seront alignés dans cet ordre, en partant de l’horizon : sortez les appareils photos !

Positions respectives de Vénus, Mars et la Lune dans le ciel, en début de soirée. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Positions respectives de Vénus, Mars et la Lune dans le ciel, en début de soirée. Crédit : Guillaume Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

En effet, la Lune continue son ascension céleste soir après soir et s’élève dans le ciel, et elle surplombe maintenant l’éclatante Vénus, et la plus discrète planète Mars. Les mieux équipés (carte de repérage et au moins une bonne paire de jumelles) peuvent également tenter de repérer le petit point bleu de Neptune, qui est maintenant passé quelques degrés en-dessous de Mars.

Enfin, pour ceux qui préfèrent, ou doivent se lever tôt, Saturne et Jupiter sont observables avant le lever du Soleil. Et la fin de nuit devrait également être ponctuée par l’apparition des dernières étoiles filantes de la pluie météorique des Quadrantides, dont le maximum est prévu théoriquement en début d’après-midi !

Le retour de Saturne !

Elle avait disparu du ciel du soir depuis la mi-novembre, pour aller se blottir dans les bras du Soleil… Mais ça y est, elle est de retour ! Saturne, la Belle planète aux Anneaux, est de retour dans le ciel du matin ! Encore faut-il savoir où la chercher… Heureusement, la Lune sera là pour aider à son repérage la nuit prochaine.

Car dans la matinée du 27 décembre 2016, une bonne heure avant le lever du Soleil, si votre horizon Sud-Est est dégagé, vous devriez aisément localiser le croissant lunaire, âgé d’une cinquantaine d’heure, au-dessus de l’horizon. Plus discret, le petit point lumineux de Saturne est environ 7° en-dessous (soit un peu moins que la largeur d’un poing à bout de bras). Une petite paire de jumelles peut vous aider à repérer la planète, avant que nos yeux n’arrivent à l’observer sans aide !

conj_lune_saturne_27122016

Schéma du rapprochement entre la Lune et Saturne, le 27 décembre 2016, au matin, une heure avant le lever du Soleil. Crédit : Guillaume/Cannat/Le Guide du Ciel 2016-2017/amds

Ceux qui disposent d’une bonne paire de jumelles, ou d’un instrument d’astronomie (lunette ou télescope), même modeste, peuvent même se lever un peu plus tôt, et tenter d’observer la comète C/2016 U1 (NEOWISE), petite boule floue localisée plus au Nord, à proximité du duo céleste, au-dessus de l’horizon Sud-Est !

La comète C/2016 U1 (NEOWISE), photographiée le 21 décembre 2016 par Norbert Mrozek. Crédit : Norbert Mrozek

La comète C/2016 U1 (NEOWISE), photographiée le 21 décembre 2016 par Norbert Mrozek. La comète est la boule floue, légèrement décalée à gauche du centre de l’image. Crédit : Norbert Mrozek